Les Etres Fées - 1

Des êtres fées en général

Les êtres fées sont originaires du pays des elfes mais se trouvent également sur le monde des mortels. Il en existe une très grande variété, de puissance très diverse mais toutes partagent certains traits. Ils sont souvent séparés en deux grandes catégories: les fées qui vivent en groupe et les fées "solitaires". La plupart des premières sont affiliées à une des deux cours, alors que les secondes sont en général indépendantes des cours bien qu'elles puissent avoir des relations avec les deux.

Les êtres fées de la cour bénévole sont généralement amicaux, bien que parfois farceurs. Ils ne se montrent hostiles qu'envers les humains irrespectueux, ceux qui se livrent à des déprédations sur des terres que les fées considèrent comme leurs ou ceux qui pratiquent les arts maudits. Les mortels qui se conduisent de façon apprpriée n'ont rien à craindre d'eux (à l'exception, parfois, de quelque plaisanterie bénigne), il est même possible que de telles fées aident les humains qu'elles trouvent sympathiques, souvent à leur insu.

Les êtres fées de la cour malévole sont, de manière générale, hostiles aux mortels. Prompts à s'offenser, ils aiment leur jouer de mauvais tours, déjouer leurs plan, saboter leur travail… Il est très rare cependant qu'ils aillent jusqu'à les tuer sans raison, à l'exception de certains être fées particulièrement agressifs. Il est exceptionnel qu'ils aident des mortels, même en échange d'un don très généreux.
Malgré ces dispositions peu favorables, il ne faut pas les considérer comme des créatures maudites ou vouées au mal comme les démons, les hommes-lézards… Il faut noter, en particulier que les fées de la cour malévole n'utilisent jamais la magie noire ou la démonologie et qu'elles abhorrent ces pratiques tout autant que les membres de la cour de la lumière.

Parmi les fées indépendantes, certaines vivent proches des mortels. Elles "empruntent" souvent des objets ou de la nourriture mais retournent toujours ce qu'elles ont emprunté ou l'équivalent  plus un généreux intérêt. Elles peuvent aussi aider leurs hôtes dans leurs tâches. Il est essentiel en revanche  que les humains qui abritent des êtres fées chez eux les traitent avec respect sans quoi elles partiront (et peut-être après leur avoir lancé une malefortune pour les punir s'ils se montrent particulièrement grossiers).

Le dernier groupe préfère éviter toute interaction avec les mortels. Une intrusion de ces derniers sur leur territoire est presque toujours reçue avec hostilité, sauf si les mortels apportent des cadeaux ou remplissent un service. Il est possible de solliciter leur aide mais uniquement en échange d'une généreuse contrepartie.

La plupart des fées vivent en groupes où se côtoyent des races de fées très diverses. Sur le monde des mortels la grande majorité de ces groupes appartient à une des deux cours. Les fées qui vivent seules ou en très petits groupes de membres de la même race, en revanche, sont presque toujours indépendantes des deux cours.

Les Tertres

Egalement nommés sidhes, ce nom regroupe les endroits où habitent les êtres fées qui vivent en groupes. Ces lieux s'ouvrent souvent sur les deux mondes et constituent ainsi un moyen de passer de l'un à l'autre. Les tertres sont toujours protégés par une puissante magie fée et leur entrée très difficile à trouver pour les mortels non accompagnés d'un être fée. Ces lieux ont en général un aspect anodin de l'extérieur et des mortels peuvent passer de nombreuse fois devant sans soupçonner la présence d'un sidh. Ces tertres peuvent se trouver dans un tumulus, situé dans une plaine ou dans les bois mais aussi au fond d’un las, au sommet d’une montage , au milieu d’un marécage ou dans une clairière. Certains jours de l’année sont plus propices pour trouver des tertres de fées car ces jours là la frontière entre le monde des mortels et le monde bienheureux se fait plus ténue.

Un mortel qui se repose ou dort au milieu d’un cercle de fées (à ne pas confondre avec un cercle de sorcières!) peut acquérir temporairement le don de voir les entrées de sidhes ou apercevoir en rêve où se trouve l’entrée d’un sidhe proche.

Les plus grands d'entre eux abritent de véritables villes mais la plupart sont de taille modeste avec une population qui correspond à celle d'un village chez les hommes. Dans tous les cas, les tertres abritent une population très variée, les êtres fées ne se regroupent pas par race.

La Hiérarchie des Fées

Les êtres fées qui vivent en groupes vivent suivant une hiérachie plus ou moins bien définie. Au dessus du vaste "peuple fée" se trouvent les Markens (masc.) et Markenas (fémin.) dont le rang correspond plus ou moins à celui de chevalier. Un petit tertre est dirigé par un Kenter et/ou une Kentera. Un Tiern et/ou Tierna règne sur les êtres fées d'une vaste région, son autorité s'étend sur plusieurs tertres. Enfin chacune des deux cours est dirigée par un Altiern et une Altierna.

Il est d'usage d'appeler un Marken, "Sire" et une Markena, "Dame". Les fées de rang supérieur doivent être nommées "Altesse". Les fées sont très pointilleuses sur l'étiquette et sont promptes à prendre offense de toute erreur.

Suite

Grimoire